Embrasser les cultures qui nous traversent
les traditions qui nous habitent
des contes aux rituels
danses de bons augures
prières d’humanités bienveillante
patrimoine chatoyant,
engagement éco-féministe à réinventer
dans l’inconstance du temps présent.


Cette première série s’accompagne d’une installation textile. Cette broderie rouge sur velours rouge sang est née un jour de colère en 2015.

En 2016 elle a servie comme décor d’une des scènes du court-métrage «Message to...» de Rami Hassoun sur un texte de Fadwa Souleimane, poétesse actiste syrienne. Ce film parle de la violence faite aux femmes en temps de guerre.
Cette broderie a ensuite été montée en colonne et suspendue au plafond afin d’évoquer l’accouchement de la parole en 2017, sur fond d’#meetoo.
Elle prends ici une tournure d’offrandes transpirantes de mémoire.
Quand au dessin d’enfant (5ans) en regard de cette série «folklores imaginaires», il pose la question de l’émergence des représentations mentales dès l’enfance.

Je souhaite prolonger cette série à l’Ile Maurice en collaboration avec la photographe mauricienne Gilliane Soupe autours des rites des différentes communautées de l’Ile (Indous, Tamouls, Boudhistes, Rastafaris, Chrétiens, Chinois, Indo-Musulmans ) traversées par nos imaginaires artistiques, et notre engagement éco-féministe commun.