back

MACBETH

Création théâtre 13

2013

 

Texte de William Shakespeare

Traduction et adaptation : Arny Berry

Mise en scène Arny Berry

Scénographie : Aurélie Maestre
Costumes : Johanna Elalouf assistée de : Victoire Fitoussi

Création FX-Prothèses : Laurent Rivierre

Musique : Benjamin Thuau

Lumières : Lorian Chauché
Chorégraphie des combats : Jérome Tomray

Assistante à la mise en scène : Roxane Kasperski

 

Avec Laure Vallès, Jean Aloïs Belbachir, Arny Berry, Victor Veyron, SimonFraud, Rémi Caillebot, Elodie Hatton, Audrey Sourdive, Clément Bernot, Victor le Lorier, Jean-Damien Detouillon, Elias Khadraoui

 

« On a commencé par couper l'homme de la nature, et par le constituer en règne souverain ; on a cru ainsi effacer son caractère le plus irrécusable, à savoir qu'il est d'abord un être vivant. Et en restant aveugle à cette propriété commune, on a donné champ libre à tous les abus. Jamais mieux qu'au terme des quatre derniers siècles de son histoire l'homme occidental ne put-il comprendre qu'en s'arrogeant le droit de séparer radicalement l'humanité de l'animalité, en accordant à l'une tout ce qu'il refusait à l'autre, il ouvrait un cercle maudit, et que la même frontière, constamment reculée, servirait à écarter des hommes d'autres hommes, et à revendiquer au profit de minorités toujours plus restreintes le privilège d'un humanisme corrompu aussitôt né pour avoir emprunté à l'amour-propre son principe et sa notion. »

 

 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale (1973).

 

MACBETH est ici une sorte de conte fantastique aux instincts animals où les horreurs qui s’enchainent sont tissées d’onirisme.

Une épopée guerrière et animale  où l’odeur des matières terreuses pourrait chatouiller les yeux du spectateur. Noirceurs luisantes, peaux réincarnées, attributs « impropres à l’Homme »  fait d’élégance et de folie post-élisabéthaine, où les sensuels assassins deviennent fascinants.

 

Johanna Elalouf